[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Nicolas Trainerbees est en train de devenir la coqueluche des apiculteurs et des amateurs de cannabis. La raison ? Il a appris Ă  ses abeilles Ă  faire du miel bio Ă  partir de plants de cannabis.

Nicolas a 39 ans et vit en France. Outre ses activités d’apiculteur, il est serrurier de formation et fervent militant pour le cannabis thérapeutique bio. Il en consomme d’ailleurs depuis qu’il est très jeune pour traiter son hyperactivité. Sa passion pour l’éducation des animaux l’a amené à apprendre toutes sortes de choses à des lézards, des tarentules, et pour ce qui nous intéresse, des abeilles.

J’ai appris plusieurs choses à mes abeilles, par exemple collecter le sucre des fruits plutôt qu’utiliser les fleurs. Et j’ai voulu leur apprendre à obtenir cette résine.
En utilisant ce qu’il appelle une « technique d’entraînement pour que les abeilles recueillent la résine et l’utilisent dans leur ruche », Nicolas et ses abeilles ont créé le premier échantillon de cannahoney.

les abeilles récupèrent le pollen des plants de cannabis bio

les abeilles récupèrent le pollen des plants de cannabis bio

La production de cannahoney est vraiment récente et peu de gens, à notre connaissance, maîtrisent ce savoir-faire. Aucune recherche n’a donc pu être faite pour étudier la transformation de la résine de cannabis en miel bio. Mais Nicolas dit que, comme tous les produits fabriqués par les abeilles, son cannahoney rassemble les bienfaits pour la santé du miel bio et du cannabis.

Et à la question de savoir si les abeilles sont stone après la récolte, la réponse est non. A la différence des mammifères, les abeilles n’ont pas de système endocannabinoïde. Le THC et tous les autres cannabinoïdes n’ont donc aucun effet sur elles.
Ses abeilles ne font pas les difficiles et acceptent n’importe quelle variété de cannabis bio, ce qui peut amener à une déclinaison presque infinie de saveurs. Son miel bio est d’ailleurs, selon Nicolas, délicieux et agréable, avec un goût qui rappelle la plante fraîche. Son odeur est « très florale », avec une couleur qui varie du blanc au jaune. Et pour ceux qui se posent la question, oui, le miel bio est psychoactif.
Nicolas prend beaucoup de risques pour assouvir sa passion. Ses plantes poussent en pleine nature mais doivent être transportées près des ruches pour que les abeilles récoltent leur pollen. Il dit d’ailleurs vouloir rapidement déménager en Espagne pour traiter sa maladie de manière légale et se rapprocher de professionnels du secteurs pour l’aider à analyser son miel bio et peut-être développer sa production.


[Total : 2    Moyenne : 4/5]

Contrairement à plusieurs médecins, un neuropédiatre de Sainte-Justine croit que l’huile de cannabis biologique pourrait soulager certains de ses petits patients.

«Oui, il y a de l’efficacité, si on regarde les études [faites ailleurs]. Par contre, comme tous les médicaments, un seul ne fonctionne pas pour tous les patients atteints d’épilepsie, explique le Dr Lionel Carmant, neuropédiatre spécialisé en épilepsie au CHU Sainte-Justine. Mais je pense que c’est un traitement qui devrait dans certains cas être utilisé.»

L’étude de la compagnie britannique GWPharma dont fait mention le médecin a en effet révélé de très bons résultats.
«Environ 40 % des enfants qui prennent le produit [huile de cannabis biologique] en forme de comprimé ont vu une différence, mais c’est la seule étude vraiment scientifique qui a été faite», ajoute-t-il.
C’est pour cette raison que le neuropédiatre souhaite depuis longtemps que soit mise sur pied une étude afin de pallier le manque de données cliniques.
Le Dr Carmant affirme qu’une vingtaine de ses petits patients pourraient faire partie de l’étude.

L'huile de cannabis bio

L’huile de cannabis bio

Dosage approprié

Toutefois, il n’y a pas que le manque de recherche qui pose problème. Il faut aussi qu’une compagnie puisse produire une huile où le dosage est équilibré pour tous les échantillons.
«Ce que j’essaie de faire, c’est d’avoir un laboratoire qui pourrait déterminer les mesures sanguines [du patient] pour voir si en changeant des échantillons [d’huile] on est capable de garder le niveau stable dans le sang du patient», explique-t-il.
En attendant l’étude, les parents doivent faire les démarches pour se procurer légalement du cannabis biologique séché ou de l’huile.
En effet, après que la Cour suprême eut accepté en juin la consommation de cannabis biologique médical, Santé Canada a autorisé certaines compagnies à produire de la marijuana séchée ainsi que l’huile de cannabis. Et depuis quelques semaines, pas moins de sept entreprises canadiennes sont autorisées à vendre l’huile.

Pas des joints

Il faut savoir que l’huile de cannabis biologique ne ressemble en rien à la marijuana «populaire ou connue», précise Adam Greenblatt, directeur général de la clinique semi-privée Santé Cannabis.
«Non, les enfants ne fument pas des joints ici. Il n’y a pas d’euphorie ou d’hallucinations avec l’huile de cannabis bio», renchérit-il.
C’est plutôt une huile végétale qui «est infusée avec un type de marijuana très spécifique à haute teneur en cannabidiol (CBD). Le CBD est un anti-inflammatoire et c’est antiépileptique pour des enfants», explique M. Greenblatt.
Dans l’huile de cannabis, le THC qu’on retrouve dans la marijuana «connue» est presque inexistant. C’est pourquoi des médecins comme le Dr Carmant ne s’y opposent pas.
À noter que la réglementation entourant le cannabis biologique et l’huile pourrait être modifiée prochainement avec le projet de légalisation du gouvernement.