[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Faites germer vos graines de cannabis bio marijuana à floraison automatique ou féminisées à l’aide de nos conseils de germination :

Trempez vos graines une nuit dans l‚Äôeau d√©min√©ralis√©e. Placez-les d√®s le lendemain dans votre substrat de germination, si le germe est sorti placez le vers le bas, dans le cas o√Ļ votre graine est inchang√©e plantez l‚Äôextr√©mit√© d‚Äôo√Ļ sortira rapidement le germe vers le bas. Recouvrez d‚Äôun centim√®tre de substrat et garder 50 % d‚Äôhumidit√© et une temp√©rature ambiante entre 22 et 25¬įC dans votre espace de culture.
Votre magasin Biotops conseil de démarrer la culture dans de petit pot d’un litre pour ensuite passer dans des pots de 3 litres jusqu’à ce que vos plantes atteignent 25 à 30 centimètres. S’offre alors à vous deux solutions :
Cas d‚Äôune culture en pot : Si vous souhaitez cultiver en pleine air avec comme base des pots, choisissez la dimension de pot qui vous convient le mieux aux dimensions attendues, de 40 √† 150 L. Pour des graines auto-floraison des pots allant de 11 √† 18 L seront amplement suffisants. Rempotez ensuite vos petits plants dans les grands pots (suivre nos conseils de rempotage disponibles sur notre blog). Utilisez de la terre pr√©par√©e telle que notre terre Biobizz Light Mix . Assurez-vous que vos plantes soient expos√©es au sud et re√ßoivent une dose de lumi√®re naturelle suffisante par jour. √Čvitez toutes lumi√®res ext√©rieures et artificielles durant le cycle d‚Äôobscurit√© (lampadaires, lumi√®res d‚Äôappartements etc‚Ķ). Durant toute la phase de croissance, deux semaines apr√®s la mise en terre pr√©par√©e des graines et la sortie des cotyl√©dons (jusqu‚Äô√† mi-juillet en g√©n√©ral) utilisez de l‚Äôengrais de croissance bio¬†telle qu‚ÄôAdvanced Nutrients. Ajoutez du stimulant racinaire (Startbooster de chez Aptus) durant les deux ou trois premi√®res de croissance. Nous conseillons d‚Äôarroser une fois √† deux fois par semaine en fonction de l‚Äôintensit√© de soleil que re√ßoive vos plantes, si le temps n‚Äôest pas au beau fixe arrosez simplement √† l‚Äôeau.

Plantes de cannabis, chanvre indien en extérieur

Plantes de cannabis, chanvre indien en extérieur

Quelle terre pour la culture du cannabis biologique?

Lors du passage en Floraison, utilisez une gamme engrais de Floraison bio (Advanced Nutrients par exemple). Arrosez alors plus fréquemment, deux à trois fois durant la semaine. Lors du dernier mois de Floraison ajoutez un booster de floraison (super Pk de chez Aptus). Enfin rincez deux semaines avant votre récolte.
Cas de culture en pleine terre : La plante de cannabis est un v√©g√©tal qui s‚Äôadapte relativement bien √† tous substrats et prolif√®re facilement. √Čvitez simplement les sols sablonneux et mar√©cageux. Plus votre sol sera riche meilleure sera votre culture. Les sols aux origines s√©dimentaires s‚Äôav√®rent √™tre les meilleurs, en effet ils conf√®rent √† vos plantes la stabilit√© et la nutrition appropri√©es au d√©veloppement de celles-ci. Votre Growshop Biotops pr√©conise cependant d‚Äô√©tablir un trou dans le sol d‚Äôun m√®tre cube, que vous remplierez de substrat appropri√©. Effectuez un m√©lange de Terre enrichie Biobizz Light Mix, de coco, quelques engrais totalement bio organiques tels que le Guanokalong.

Culture en extérieur de cannabis marijuana chanvre indien bio en Bretagne

Culture en extérieur de cannabis marijuana chanvre indien biologique en Bretagne

Arrosage des plants de cannabis biologique.

Concernant l’arrosage, commencez le stimulateur racinaire (Start Booster de chez Aptus) deux semaines après la mise en petit pot et continuez-le durant les trois semaines à suivre. Utilisez votre engrais de croissance bio (Advanced Nutrients) comme dans le cas d’une culture en pot, c’est à dire une à deux fois par semaine selon le temps. Si ce dernier n’offre pas de soleil arrosez à l’eau.
Lors de la phase de Floraison utilisez également comme dans la culture extérieure en pot, un engrais bio de floraison et un stimulateur lors du dernier mois avant la récolte (Super Pk de chez Aptus). Arrosez alors deux à trois fois par semaine en fonction du temps également. Nous vous conseillons par la suite de rincer à l’eau trois semaines avant de couper.
Quel que soit votre type de culture en ext√©rieure, il est important de planter vos pieds de cannabis √† un endroit ensoleill√©, si possible abrit√© du vent et discret. La culture en pot permets n√©anmoins d‚Äô√©viter les d√©g√Ęts li√©s aux animaux o√Ļ insectes se trouvant √† m√™me le sol. Pensez √©galement √† v√©rifier le taux de PH de votre eau.

 


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Pourquoi cultiver cannabis biologique marijuana?

Trop de jardiniers utilisent des fertilisants et des pesticides chimiques, sans en conna√ģtre les graves cons√©quences sur leur sant√© et en terme de pollution dans l‚Äôeau, dans le sol : plantes trop riches en nitrates et contenant des r√©sidus de pesticides, pollution des nappes phr√©atiques, destruction des auxiliaires en m√™me temps que des ravageurs.

Plants de cannabis biologiques

Plants de cannabis biologiques

Culture de cannabis bio, c’est :

Jardiner en harmonie avec la nature
Recycler les déchets animaux et végétaux en un bon compost pour maintenir un sol fertile et sain.
R√©duire la pollution en n‚Äôutilisant aucun produit chimique de synth√®se : le compost assure la fertilisation, le mulching et d‚Äôautres techniques permettent le contr√īle des mauvaises herbes, des m√©thodes pr√©ventives et quelques produits non toxiques permettent de lutter contre les ravageurs et les maladies.
Encourager la diversité en cultivant un grand choix de variétés


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le cannabis bio marijuana

Une fois le lieu choisi, il faut le pr√©parer pour accueillir le jardin. L’√©lectricit√©, les mat√©riaux r√©fl√©chissants et le sol – tout doit √™tre pr√™t et propre.

LA PROPRET√Č
Jardiner dans un endroit propre et d√©barrass√© des objets inutiles r√©duit de beaucoup les risques d’accidents et de d√©gradation des plantes, et cela rend le travail plus ais√©.
D’abord, tout mat√©riau √©tranger doit √™tre retir√© du lieu, ou au moins plac√© dans des bo√ģtes solidement ferm√©es. Il faut ensuite minutieuse¬≠ment y passer l’aspirateur. Si les murs pr√©sentent des espaces ou des orifices communiquant avec l’ext√©rieur, il faudra les sceller de fa√ßon √† emp√™cher l’air et la lumi√®re de passer. Cela permettra aussi d’arr√™ter les insectes et autres nuisibles, et d’√©viter tout soup√ßon au-dehors.
Le rebouchage sera peut-√™tre r√©alisable √† (aide de plusieurs couches de large ruban adh√©sif, mais il faudra peut-√™tre pl√Ętrer ou effectuer un petit travail de menuiserie. Les fen√™tres devront √©galement √™tre obstru√©es de fa√ßon √† ne laisser aucune lumi√®re suspecte filtrer au¬≠dehors. Un morceau de carton ou de contreplaqu√© ou quelques feuilles de 6 mm de poly√©thyl√®ne noir feront l‚Äôaffaire. Pour √©viter l’apparence suspecte d’une fen√™tre condamn√©e, des rideaux, des draps ou des stores v√©nitiens pourront √™tre plac√©s √† la vue de l’ext√©rieur.
Une fois la pi√®ce rang√©e et aspir√©e, il faut √† pr√©sent la laver √† l’aide d’un d√©tergent m√©nager pour rendre l’endroit plus hygi√©nique.

L’√ČLECTRICIT√Č
En regard de leur taille, les jardins d’int√©rieur de marijuana sont de gros consommateurs d’√©lectricit√©. L’espace √©clair√© d’un tel jardin demande g√©n√©ralement entre 200 et 600 watts par m√®tre carr√©, sans compter les climatiseurs, pompes, ventilateurs, chauffe-eau et autres syst√®mes de circulation lumineuse qui alourdissent la charge.
Il est tr√®s important que le c√Ęblage soit √† m√™me de supporter la charge √©lectrique. Autrement, les courts-circuits, provoquant des coupures impr√©vues, sont probables. Pire encore, un incendie pourrait se d√©clarer. La question de l’√©lectricit√© doit √™tre r√©gl√©e avant d’entre¬≠prendre le jardin, car il est tr√®s difficile de perfectionner le r√©seau une fois la pousse commenc√©e.
Le c√Ęblage doit √™tre pr√©vu pour supporter une charge sup√©rieure √† celle qui est n√©cessaire. La charge est le nombre total de watts qui seront consomm√©s aux moments de pointe. Le plus gros consommateur d’√©lectricit√© est la lumi√®re, avec 250, 400 ou 1000 watts par lampe. Les autres appareils ont aussi un wattage. Lors du c√Ęblage, le nombre total de watts doit √™tre surestim√© de 40 % afin d’assurer aux lignes une bonne marge de capacit√©.
Si nous avons chiffr√© la puissance des appareils n√©cessaires au jardin en watts, ils sont souvent eux-m√™mes indiqu√©s en amp√®res. Pour convertir les watts en amp√®res, il faut diviser le wattage total par 220, voltage employ√© en Europe (W/V = A). A titre d’exemple, un jardin de deux m√®tres carr√©s √©clair√© par une lampe de 1000 watts, o√Ļ fonction¬≠nent des ventilateurs, un climatiseur, un chauffe-eau, des pompes et divers indicateurs, a une demande maximale de 2000 watts. Il est peu probable qu’une telle charge sera jamais r√©ellement employ√©e, mais si tous les appareils fonctionnaient en m√™me temps, elle le serait. Apr√®s multiplication des 2 000 watts par 140 %, nous arrivons √† 2 800 watts. Ces 40 % suppl√©mentaires correspondent au wattage perdu – telle la r√©sistance des ballasts et des lignes – et fourniront une marge permet¬≠tant aux c√Ębles de ne jamais √™tre mis √† l’√©preuve. Puis on divise par 220 (le voltage) : la capacit√© totale que demande le jardin est de 13 amp√®res.
Que ce soit dans une maison ou un appartement, tout circuit poss√®de un disjoncteur ou un fusible. C’est l√† qu’est indiqu√©e la puissance √©lectrique du circuit. Un seul circuit suffit g√©n√©ralement aux besoins d’un petit jardin, mais un espace peut demander que l’√©lectri¬≠cit√© provienne de plus d’un circuit. Il sera alors pr√©f√©rable de confier la pose des fils √©lectriques √† quelqu’un qui s’y connaisse.
Que l’√©lectricit√© provienne d’une autre pi√®ce ou qu’elle d√©rive d’une prise murale, les prises √©lectriques devront √™tre plac√©es bien au¬≠dessus du sol √† une hauteur pratique pour travailler debout, de fa√ßon √† pouvoir ais√©ment brancher et d√©brancher et que les lignes soient bien au-dessus du niveau de l’eau. Aucun fil √©lectrique ne doit reposer au sol. Au contraire, le c√Ęblage devra circuler en hauteur le long des murs ou pendre du plafond. Cela r√©duit les risques de le voir entrer en contact avec l’eau.
Dans un petit espace, les prises pourront n’√™tre pos√©es qu’en un seul endroit, mais des espaces plus grands demanderont plusieurs prises plac√©es √† diff√©rents endroits pour √©viter les rallonges et les fils qui
pendent. Si des rallonges sont employ√©es, elles devront √™tre adapt√©es au courant qu’elles convoient et seront dot√©es de trois fils (prises de terre) pour les appareils qui le demandent.
Les appareils exigeant une prise de terre devront toujours être bran-
ch√©s dans des prises √† trois lignes reli√©es √† la terre. S’il n’y en a pas, la troisi√®me ligne (la terre) devra √™tre reli√©e √† une masse √©lectrique telle qu’un tuyau de plomberie m√©tallique. L√† encore, mieux vaudra laisser
agir un spécialiste. On pourra prétexter que ces prises sont censées recevoir du matériel informatique.
Les appareils électroniques, tels que les indicateurs, devront être reliés à des onduleurs. Ces derniers doivent être reliés à la terre pour bien fonctionner.

LES SOLS

Les sols ne supportant pas les liquides ou l’humidit√© devront √™tre
prot√©g√©s. Tapis, linol√©ums et parquets devront √™tre recouverts d’un rev√™¬≠tement de fa√ßon que l’eau ne puisse les atteindre. C’est extr√™mement
important car cela √©vitera les d√©g√Ęts en cas d’accident ou m√™me de renversement d’un peu de liquide.
O√Ļ qu’il y ait de l’eau, les risques d’en renverser existent. Si l’espace est bien con√ßu, il sera alors facile d’y rem√©dier.
Les meilleurs mat√©riaux pour cela sont les rev√™tements en caout¬≠chouc pour bassins. On peut aussi employer de la b√Ęche plastique ou du poly√©thyl√®ne √©tanche.
Une couche √©paisse de papier journal sous le rev√™tement absorbera l’humidit√© si jamais de petits trous s’y formaient, ce qui est tr√®s impro¬≠bable. Pour davantage de s√©curit√© encore, on peut r√©aliser un sandwich de papier journal. Un premier rev√™tement est pos√© au sol, puis une couche de papier journal, suivie d’une autre de rev√™tement au-dessus.

LAVENTILATION
La plupart des petits syst√®mes ne demandent qu’un ventilateur pour √©changer l’air avec l’ext√©rieur de la pi√®ce de culture. Si l’espace requiert une ventilation sophistiqu√©e, elle devra √™tre install√©e par un technicien comp√©tent.

INSTALLATIONS FINALES
L’endroit est pr√™t. Les sols sont prot√©g√©s, les murs, recouverts de mat√©¬≠riau r√©fl√©chissant, le circuit √©lectrique et les prises sont pr√™tes √† l’emploi et la ventilation est pos√©e. L’√©tape suivante consiste √† installer le jardin.
D’abord, il faut que minuteurs et appareils de mesures soient bien install√©s et branch√©s. Puis il faut les r√©gler.
Pour poser l’√©clairage, un crochet fix√© au plafond devrait suffire. Les syst√®mes de circulation lumineuse peuvent √™tre directement viss√©s au plafond. Toutefois, on les fixe parfois √† un panneau de fa√ßon √† pouvoir ais√©ment les retirer, avec un √©crou papillon, par exemple. Le panneau est ensuite solidement fix√© au plafond √† l’aide de chevilles ou d’autres types de fixation. La lumi√®re devra √™tre reli√©e √† la minuterie.
Les extracteurs d’air internes doivent ensuite √™tre install√©s. Ils peuvent pendre du plafond, ou √™tre plac√©s sur une table ou une √©tag√®re. Un ventilateur sur pied peut s’av√©rer opportun. Le ventilateur externe doit √™tre raccord√© √† un thermostat/ hydrostat.
Le climatiseur, s’il y en a, doit √™tre raccord√© au thermostat/ hydrostat install√© dans la pi√®ce de culture. Le distributeur de C02 doit √™tre branch√© et mis en route. S’il est r√©gul√© par un indicateur, ce dernier doit √™tre plac√© √† hauteur du feuillage de fa√ßon que la lecture des ppm de CO2 se fasse au niveau de la plante.
Tout est pr√™t √† pr√©sent, il ne manque que les bacs ou le syst√®me hydroponique. Le moment est venu d’installer cuvettes, r√©servoirs, conteneurs et tout ce qui est n√©cessaire.

PR√ČPARATION DU M√ČLANGE
Une fois tout le reste install√©, il faut placer le syst√®me de culture. Les √©l√©ments du syst√®me hydroponique ou les cuvettes destin√©es au terreau sont en place. Il faut √† pr√©sent remplir d’eau le r√©servoir du syst√®me hydroponique, pr√©parer le m√©lange et mettre le syst√®me en route pour v√©rifier que les minuteurs et tout le reste fonctionnent bien.
La premi√®re consid√©ration au moment de pr√©parer le m√©lange doit toujours √™tre la s√©curit√©. La plupart des ingr√©dients font de la poussi√®re lorsqu’on les manipule. Certaines de ces poussi√®res, telle la vermiculite ou la perlite, sont canc√©rig√®nes. Les poussi√®res des autres ingr√©dients ne sont pas forc√©ment bonnes √† respirer non plus.
Pour √©viter les probl√®mes, on pourra humidifier les ingr√©dients afin d’√©liminer la poussi√®re avant usage, ainsi que nous l’avons vu plus haut. Il suffit pour cela d’ouvrir le paquet et de mouiller le m√©lange √† l’aide d’un arrosoir. L’eau devra contenir un agent humidificateur pour briser la cro√Ľte de la surface. Une cuiller√©e de liquide vaisselle pour quatre litres d’eau fera l’affaire.
Quand elles sont s√®ches, la vermiculite et la perlite font beaucoup de poussi√®re. Si elles n’ont pas √©t√© humidifi√©es, le jardinier travaillera dans un espace bien a√©r√©, portera des gants de caoutchouc ou de jardi¬≠nage et des v√™tements √† manches longues, ainsi qu’un masque √† pous¬≠si√®re. Le meilleur moyen d’√©chapper √† tout cela est tout de m√™me d’√©viter la poussi√®re en pr√©-mouillant le m√©lange.

Il est plus facile d’obtenir un m√©lange homog√®ne lorsque le substrat est pr√©par√© en petits paquets. Non seulement le m√©lange sera plus effi¬≠cace, mais le r√©cipient o√Ļ il est effectu√© pourra conserver des dimen¬≠sions raisonnables.
Une grande bassine en plastique, ou une autre plus petite mais galvanis√©e, feront un excellent r√©cipient pour la pr√©paration des m√©langes et le remplissage des pots. Si vous employez de la vermiculite ou de la perlite, ou tout autre substrat poussi√©reux, munissez-vous d’un arrosoir ou d’un tuyau d’arrosage et mouillez soigneusement 1e m√©lange. L’eau p√©n√®tre jusqu’√† environ 15 cm d’un sac de 100 litres. Lorsque le substrat commence √† s√©cher, il est temps de remouiller le m√©lange. Les ingr√©dients humides ne produisant pas de poussi√®re, le m√©lange peut donc √™tre effectu√© √† la main, avec de simples gants de caoutchouc. Pour faciliter l’op√©ration, on proc√©dera par petites quantit√©s (de six √† huit pots de 20 cm).

AVANT DE COMMENCER
Avant de planter la premi√®re graine ou de transplanter la premi√®re bouture dans le nouveau jardin, un jardinier averti s’assurera que l’es¬≠pace est pr√™t. Voici une liste r√©capitulative g√©n√©rale respectant l’ordre dans lequel le jardin est g√©n√©ralement √©labor√©.

1. √Člectricit√© -Assurez-vous que le circuit est suffisant pour alimenter le jardin en toute s√©curit√©. Ce n’est habituellement pas un probl√®me pour les petits jardins, mais dans des espaces plus vastes, cela impli¬≠quera peut-√™tre de devoir tirer des lignes suppl√©mentaires depuis le compteur. Installer les ballasts et le reste du mat√©riel, les prises, rallonges, interrupteurs et minuteurs bien au-dessus du sol et √† l’abri de l’eau.V√©rifiez bien que tout l’√©clairage et le mat√©riel √©lectronique fonctionnent.
2. Ventilation et système de refroidissement РInstallez la ventila­tion ou le système de refroidissement. Vérifiez que la pièce reste dans la bonne fourchette de températures pendant plusieurs cycles.

3. Système hydroponique -Assurez-vous de son bon fonctionnement.
4. Système en terre РLes pots doivent être prêts à recevoir les
graines ou les boutures.
5. Matériau réfléchissant РEssentiel car la croissance des plantes dépend de la lumière.Vérifiez que le revêtement est en place et soli­dement fixé.

6. CO2 -Assurez-vous du bon fonctionnement du régulateur.

Quel que soit le syst√®me employ√©, un bon cultivateur proc√®de √† un dernier test de fonctionnement g√©n√©ral. Il s’assurera que les lampes, l’apport d’eau, l’√©vacuation, le CO2, la ventilation et tout le reste sont bien en place et pr√™t √† l’emploi. Les pompes et les minuteurs seront soigneusement v√©rifi√©s. Il est bien plus simple d’intervenir sur le syst√®me avant que les plantes ne commencent √† y pousser.