[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Les héritiers de Bob Marley ont autorisé une société américaine à commercialiser de la marijuana bio sous la marque “Marley Natural”.

Signe des temps, le nom de Bob Marley va bientôt être associé à une marque de cannabis bio. La famille de la star du reggae vient en effet de signer un accord avec une société américaine visant à commercialiser de la marijuana sous la marque “Marley Natural”, rapporte le Financial Times.

Bob Marley va donner son nom à une marque de cannabis, "Marley Natural". - (Photo AFP)

Bob Marley va donner son nom à une marque de cannabis, “Marley Natural”. – (Photo AFP)

Baptisée Privateer Holdings, cette entreprise basée à Seattle dans l’État de Washington − un État qui vient tout juste de légaliser la vente de cannabis bio en juillet dernier − commencera à vendre ses produits à partir de la fin de l’année 2015. Elle commercialisera des « variétés vintage de cannabis jamaïcain ». Mais aussi des vaporisateurs et des pipes « inspirés de ceux que Bob préférait », ainsi que des crèmes pour la peau et des baumes à lèvres infusés à la marijuana.

Ces produits seront uniquement vendus dans les États américains (Colorado, Washington) ou les pays du monde (Pays-Bas, Espagne, Canada, Israël, Uruguay) où l’usage et la vente de cannabis bio à des fins récréatives sont autorisées.

Un nouveau marché qui aiguise les appétits aux États-Unis

« Nous nous demandions depuis quatre ans et demi à quoi ressemblerait la première marque globale de cette industrie. Si vous regardez à travers l’histoire, la personne le plus souvent associée à ce produit, c’est Bob Marley. Il a une portée mondiale », a expliqué Brendan Kennedy, le PDG de cette société au quotidien économique anglais.

La légalisation récente du cannabis bio dans certains États américains suscite une véritable « ruée » des investisseurs sur ce nouveau marché aux États-Unis, note le Financial Times . Privateer Holdings vient ainsi de lever 22 millions de dollars de fonds et espère encore réunir 50 millions d’ici la fin de l’année. Un de ses concurrents, Trans-High Corporation, vient lui de lancer un fond d’investissement de 300 millions de dollars.

lanouvellerepublique.fr