[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Cannabis Bio thĂ©rapeutique : la mère d’une enfant Ă©pileptique en appelle Ă  François Hollande

TÉMOIGNAGE – Pour amĂ©liorer le quotidien de sa fille atteinte d’une forme d’Ă©pilepsie sĂ©vère, Sandrine souhaite lui donner du cannabidiol, un mĂ©dicament dĂ©rivĂ© du cannabis interdit en France. Elle en appelle au PrĂ©sident de la RĂ©publique.
Lola est atteinte du syndrome de Dravet, une forme rare et sĂ©vère d’Ă©pilepsie. Et selon sa maman, Sandrine, seul le cannabidiol, une molĂ©cule dĂ©rivĂ©e du cannabis biologique, permettrait de soulager les souffrances de sa fille.

“Le Cannabidiol va accroitre les effets des mĂ©dicaments qu’elle prend dĂ©jĂ . L’avantage serait de pouvoir diminuer son traitement qui est très lourd pour le moment en effets secondaires”, explique-t-elle au micro de RTL.

Cannabis bio thérapeutique

Cannabis bio thérapeutique

Sandrine a dĂ©couvert ce traitement en faisant des recherches sur Internet : “chez des enfants qui sont dĂ©jĂ  sous cannabidiol on remarque qu’il y a moins de crises, les enfants sont plus posĂ©s, n’ont plus de tremblements, des enfants qui ne marchaient plus remarchent”, avance-t-elle.

Son courrier transmis au ministère de la Santé

Mais ce mĂ©dicament, autorisĂ© dans plusieurs pays d’Europe et aux Etats-Unis, est interdit en France. Cette mère de famille d’Ornans, dans le Doubs, en appelle donc Ă  la responsabilitĂ© des autoritĂ©s de santĂ©.

“Quand on sait qu’on a une mĂ©decine alternative sous la main et qu’on ne fait rien, j’appelle ça de la non-assistance Ă  personne en danger”, affirme-t-elle, “voilĂ  ce que j’ai marquĂ© Ă  François Hollande. J’ai eu une rĂ©ponse, il transmet ce courrier au ministère de la SantĂ©.”

Je pense qu’il faut se dĂ©pĂŞcher.

Selon elle, le temps est comptĂ© : “il y a beaucoup de dĂ©cès d’enfants qui ont le mĂŞme syndrome, quand on sait qu’on a l’opportunitĂ© d’essayer une mĂ©decine alternative, je pense qu’il faut se dĂ©pĂŞcher.”

Action du Cannabidiol (CBD) de la plante de cannabis contre le cancer (2014) (FR)

 

En France, certaines personnes testent dĂ©jĂ , sans autorisation, l’Epidiolex, composĂ© Ă  98% de cannabidiol et destinĂ© aux Ă©pileptiques, rapporte l’Est RĂ©publicain.



[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Un journaliste du magazine Vice a enquĂŞtĂ© sur une question insolite mais qui revient souvent dans les forums de discussion : Pourquoi les aisselles dĂ©gagent parfois une odeur de cannabis ? …

Un journaliste du magazine Vice a enquêté sur une question insolite mais qui revient souvent dans les forums de discussion : Pourquoi les aisselles dégagent parfois une odeur de cannabis ?

« Pourquoi mes dessous de bras sentent-ils le cannabis ? » Cette question qui peut prêter à rire est récurrente dans les forums de discussion. Nathan Thompson, journaliste chez Vice, a lui-même expérimenté ce phénomène et a décidé de mener l’enquête auprès de scientifiques. « Ma copine respirait mon torse et a dit : “eh, tu sens la skunk”. J’ai reniflé mes aisselles – elle avait raison », se remémore-t-il.

odeur-de-cannabis-aisselles

Matan Shelomi, chercheur en écologie chimique à l’Institut Max Planck, a accepté de partager ses connaissances sur le sujet, et a comparé différentes études sur les composés chimiques du cannabis et de la transpiration humaine. En tout, 233 composés chimiques composent la marijuana, et 100 composent la transpiration. En les comparant, le chercheur a découvert que marijuana et transpiration partagent 11 composés chimiques.

Un journaliste du magazine Vice a enquêté sur une question insolite mais qui revient souvent dans les forums de discussion : Pourquoi les aisselles dégagent parfois une odeur de cannabis ?

« Pourquoi mes dessous de bras sentent-ils le cannabis ? » Cette question qui peut prêter à rire est récurrente dans les forums de discussion. Nathan Thompson, journaliste chez Vice, a lui-même expérimenté ce phénomène et a décidé de mener l’enquête auprès de scientifiques. « Ma copine respirait mon torse et a dit : “eh, tu sens la skunk”. J’ai reniflé mes aisselles – elle avait raison », se remémore-t-il.

Matan Shelomi, chercheur en écologie chimique à l’Institut Max Planck, a accepté de partager ses connaissances sur le sujet, et a comparé différentes études sur les composés chimiques du cannabis et de la transpiration humaine. En tout, 233 composés chimiques composent la marijuana, et 100 composent la transpiration. En les comparant, le chercheur a découvert que marijuana et transpiration partagent 11 composés chimiques.

« Il semble que certains des composés les plus fortement associés à l’arôme distinct de la marijuana se trouvent aussi dans les chaussettes de gym », a ironisé Matan Shelomi au magazine. Pour lui, la transpiration dont l’odeur se rapproche le plus de celle du cannabis est la sueur venant des glandes apocrines, celle qui se trouve au niveau des aisselles et dans la région des parties génitales.

Un autre chercheur, Justin Fischedick de la Washington State University, a mis en avant un autre élément. Pour lui, la cause est à trouver dans les terpénoïdes, des composés organiques de plantes qui sont aussi présents dans la transpiration.