[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’Istiqlal garde toujours une longueur d’avance. C’est le premier parti à avoir évoqué la problématique de la culture du cannabis bio marijuana sous la coupole du Parlement.

Cannabis Maroc
L’Istiqlal garde toujours une longueur d’avance. C’est le premier parti à avoir évoqué la problématique de la culture du cannabis sous la coupole du Parlement. C’est aussi le premier à avoir déposé, il y a quelques jours, une proposition de loi portant dépénalisation et réglementation de cette activité en perspective de son usage à des fins médicales et pharmaceutiques. La proposition prévoit, en gros, la délimitation de la culture de cette plante à des régions précises. Il s’agit des provinces d’Al Hoceima, Chaouen, Tétouan, Ouezzane et Taounate. Ailleurs, cette activité sera bien sûr interdite. La proposition prévoit les modalités de sa culture, de sa commercialisation, de sa transformation et de sa consommation. Bref, l’organisation de toute la filière dont devrait justement s’occuper un organisme public, une agence nationale, dans lequel siégeraient tous les acteurs concernés.

L’Istiqlal n’est pas le seul à s’intéresser à la question, puisque le PAM a également inscrit le sujet dans son agenda et lui a même consacré une journée d’information à l’hémicycle à l’initiative de son groupe parlementaire. Le PJD s’invite aussi à ce débat mais non pas pour trouver une solution à la situation des dizaines de milliers de familles qui vivent de cette activité. Les islamistes crient plutôt au scandale et à l’instrumentalisation de la question en accusant leurs adversaires de vouloir tirer des bénéficies électoraux de leur démarche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*