[Total : 0    Moyenne : 0/5]

ZOOM – Les politiques changent sur le continent américain face au cannabis bio marijuana.

Alors que l’Uruguay est devenu le premier pays au monde à légaliser totalement la marijuana, les Etats-Unis viennent d’ouvrir leurs premiers “coffee shops” au Colorado. Metronews fait le point sur la situation dans le monde.
Le cannabis n’est aujourd’hui plus considéré comme une drogue interdite. Le débat progresse, un peu partout dans le monde. En quelques semaines, des lignes ont été franchies : la fin de la prohibition a été approuvée dans les Etats du Colorado et de Washington aux Etats-Unis. L’Uruguay est devenu, le 10 décembre dernier, le premier pays au monde à en contrôler toute la chaîne, de la production à la consommation. Au nom de la santé publique, ou pour enrayer le trafic et la violence, mais aussi parce que le cannabis est un marché juteux pour les autorités, les politiques évoluent en la matière. Metronews fait le point sur la situation dans le monde.

La légalité :

La dépénalisation totale et la légalisation du cannabis sont encore rares. Hormis l’Uruguay, le Colorado et bientôt l’Etat de Washington, aux Etats-Unis, font figure d’exception. D’autres pays d’Amérique du sud ont également légalisé, mais pour de petites quantités : c’est cas de l’Argentine et du Pérou.

Autorisation dans un cadre thérapeutique :

De nombreux pays et états autorisent l’utilisation thérapeutique du cannabis, sous forme de médicaments : Allemagne, Belgique, Suisse, Israël et plusieurs états des Etats-Unis ou du Canada.

La dépénalisation :

Contrairement aux idées reçues, le cannabis est illégal aux Pays-Bas ! On y autorise toutefois à acheter des petites quantités de cannabis dans des “coffee shops” et la police tolère que les citoyens aient une petite quantité sur eux (inférieure à 5 grammes).

Un des pays les plus libéraux d’Europe est le Portugal : depuis 2000, l’acquisition, la détention et la consommation de produits stupéfiants ont été dépénalisés et les contrevenants n’encourent plus que des sanctions administratives. A l’inverse, la France est un des pays d’Europe les plus répressifs sur le cannabis : jusqu’à un an d’emprisonnement et 3.750 euros d’amende sont ainsi requis pour l’usage illicite de marijuana.

L’Espagne ne reconnaît pas comme un délit la possession ou la consommation de cannabis, sauf dans les lieux publics. En République tchèque, la détention de petites quantités de drogues a été dépénalisée depuis 2010. Dans d’autres pays d’Europe, la détention est décriminalisée mais reste pénalisée, et les sanctions sont plus clémentes pour les simples usagers.

Ils y réfléchissent :

Le Danemark a annoncé ses projets de légalisation totale et de régulation, et l’Australie discute à nouveau de la possibilité de légalisation du cannabis, après avoir dépénalisé la possession de petites quantités.

Les pays les plus sévères :

Les Émirats Arabes, la Chine, l’Arabie Saoudite, l’Inde, l’Iran, le Pakistan, le Koweït, l’Algérie, le Laos, le Vietnam, les Philippines, l’Indonésie, la Thaïlande et la Syrie prévoient la peine de mort en cas de trafic de drogue. La possession, même parfois de quantités infimes de drogues douces ou dures, peut être passible de lourdes peines carcérales (jusqu’à vingt ans de prison).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*