[Total : 0    Moyenne : 0/5]

CannabinoĂŻdes synthĂ©tiques, appelĂ©s ‘mĂ©lange d’épices’ (‘Spice’): vendus comme alternatives lĂ©gales pour le cannabis bio marijuana; mais effet psychoactif beaucoup plus fort que le cannabis « naturel » Plus puissants, plus addictifs et surtout trĂšs faciles Ă  commander sur internet, les cannabinoĂŻdes de synthĂšse – ou cannabis 2.0 – ont fait une entrĂ©e fracassante sur le marchĂ© des drogues, et la dangerositĂ© de ces nouvelles substances chimiques a de quoi inquiĂ©ter.

Le cannabinoïde synthétique JWH-018, un ingrédient du «Spice» vendu par des boutiques en ligne sur internet

Le cannabinoïde synthétique JWH-018, un ingrédient du «Spice» vendu par des boutiques en ligne sur internet

Elles s’appellent Spice, K2, Aroma, Mr Smiley, Zohai, Eclipse ou encore Blaze ou Black Mama. Ce sont de nouvelles drogues de synthĂšse, apparues il y a quelques annĂ©es, ayant trouvĂ© le moyen de contourner la loi. Ces cannabinoĂŻdes synthĂ©tiques sont des substances chimiques crĂ©Ă©es en laboratoire qui reproduisent les effets du THC, le principe actif du cannabis. Sous forme de poudre ou pulvĂ©risĂ©es sur des herbes aromatiques, elles peuvent ĂȘtre 100 fois plus puissantes que leur homologue vĂ©gĂ©tal. Et se retrouvent en vente libre sur le net au nez et Ă  la barbe des autoritĂ©s. Se prĂ©sentant comme de l’encens, le Spice est lui interdit Ă  la vente en France depuis 2009. Mais les cannabinoĂŻdes de synthĂšse profitent du flou juridique existant. Selon un article paru dans le Journal du Dimanche en juillet dernier, seules trois formules sur plusieurs dizaines connues sont ainsi interdites. Et ce alors que de nouvelles formules apparaissent chaque mois sur le marchĂ©, souvent vendues comme parfum d’intĂ©rieur, herbes Ă  brĂ»ler ou sels de bain. Ainsi, selon le JDD, prĂšs de 700 sites internet effectuent des livraisons en Europe.

DESCRIPTION DES CANNABINOÏDES SYNTHÉTIQUES

CatĂ©gorie : perturbateur (modifie les perceptions). PrĂ©sentation : mĂ©lange d’herbes odorantes sĂ©chĂ©es et de diffĂ©rents cannabinoĂŻdes synthĂ©tiques (molĂ©cules apparentĂ©es au THC, non-dĂ©voilĂ©es sur la liste des ingrĂ©dients). Mode de consommation : fumĂ©, aussi en infusion. DĂ©but de l’effet (fumĂ©) : en quelques secondes. DurĂ©e (fumĂ©) : de une Ă  trois heures. UnitĂ© de mesure : gramme (sachet de 2 ou 3,5 g). IllĂ©gal en Autriche, Allemagne, France, Russie, au Chili, etc. Actuellement, il y a trĂšs peu de connaissances scientifiques sur ces produits comme sur leur aspect sĂ©curitaire, leur toxicitĂ©, leurs consĂ©quences Ă  long terme, etc. Les cannabinoĂŻdes synthĂ©tiques prĂ©sentent un potentiel de dĂ©pendance et une consommation rĂ©guliĂšre peut entraĂźner de la tolĂ©rance (besoin d’en prendre plus pour obtenir le mĂȘme effet). Un usage rĂ©gulier peut entraĂźner une toux chronique, d’autres dommages aux poumons et Ă  la gorge ainsi qu’affecter la motivation, la mĂ©moire, le niveau d’énergie et l’humeur. DĂ©conseillĂ© particuliĂšrement aux personnes souffrant de problĂšmes cardiaques, de diabĂšte, d’anxiĂ©tĂ©, ayant une santĂ© mentale prĂ©caire ou des troubles du sommeil.

EFFETS RECHERCHÉS

Bien-ĂȘtre, dĂ©tente, socialisation, introspection, fou rire. Changements des perceptions et de la pensĂ©e, crĂ©ativitĂ©. Stimulation de l’appĂ©tit (consĂ©quence de l’hypoglycĂ©mie), soulagement des nausĂ©es et des vomissements.

SI TU CONSOMMES DES CANNABINOÏDES SYNTHÉTIQUES, EFFETS DÉPLAISANTS ET RISQUES

Évite les mĂ©langes, ils sont plus particuliĂšrement risquĂ©s avec d’autres perturbateurs comme les champignons magiques, la salvia, la kĂ©tamine, le LSD, le PCP, etc. (imprĂ©visibilitĂ© des rĂ©sultats). Commence avec des petites quantitĂ©s et attends les effets avant de poursuivre : le contenu d’un sachet peut varier considĂ©rablement en teneur de cannabinoĂŻde synthĂ©tique et les effets peuvent ĂȘtre plus intenses et plus longs que le cannabis. Reporte les tĂąches et les activitĂ©s complexes ou risquĂ©es et laisse quelqu’un de sobre conduire Ă  ta place. SĂ©cheresse de la bouche, yeux rouges. Maux de tĂȘte, Ă©tourdissements, nausĂ©e, vomissements. Augmentation du rythme du cƓur, palpitations. Diminution de l’attention et des rĂ©flexes, somnolence. AnxiĂ©tĂ©, confusion pouvant s’intensifier jusqu’à la paranoĂŻa, attaque de panique. À dose importante ou chez une personne vulnĂ©rable psychologiquement : risque de psychose toxique. Peut prĂ©cipiter le dĂ©clenchement d’un problĂšme de santĂ© mentale chez une personne prĂ©disposĂ©e.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Il s’agit d’un article de Dominique Broc, prĂ©sident-fondateur d’un cannabis bio marijuana social club français.

Dans cet ouvrage il y explique 11 bonnes raisons de vaporiser du cannabis biologique plutĂŽt que de le consommer sous forme de joints oĂč par le biais d’autres accessoires qui nĂ©cessitent une combustion. Retrouvez son article ci-dessous!

Pourquoi vaporiser ?

La plupart du temps le cannabis bio est fumĂ©. C’est le moyen le plus simple, le plus convivial et le plus rapide pour en obtenir les bĂ©nĂ©fices. Mais c’est aussi le mode de consommation le plus nocif surtout en cas d’usage intensif. Parce qu’inhaler une fumĂ©e est toujours nuisible pour le systĂšme respiratoire et celle du cannabis bio ne fait pas exception. D’autant qu’on le mĂ©lange gĂ©nĂ©ralement Ă  une drogue dure qu’est le tabac. La fumĂ©e de cannabis bio dĂ©gage trois fois plus de goudrons que celle du tabac et cinq fois plus de monoxyde de carbone. De plus, la fumĂ©e du joint est de tempĂ©rature plus Ă©levĂ©e et souvent inhalĂ©e plus intensĂ©ment et plus longtemps, ce qui est inutile, un simple passage dans les poumons Ă©tant tout aussi efficace.

Avec le dĂ©veloppement de l’usage mĂ©dical du cannabis bio est apparu tout un tas de nouveaux outils destinĂ©s Ă  consommer plus sain en prĂ©servant ses poumons.

Le vaporisateur surement ma meilleur façon de consommer du cannabis bio thérapeutique

Le vaporisateur sûrement la meilleure façon de consommer du cannabis bio thérapeutique

Les vaporisateurs

Mais une fois que la combustion et le tabagisme sont devenus une habitude, la vaporisation n’apparaĂźt peut-ĂȘtre pas d’ĂȘtre la façon la plus attractive pour utiliser des plantes comme le cannabis biologique. Peut-ĂȘtre ne pouvez vous pas vous imaginer en train d’inhaler par l’intermĂ©diaire d’un tube de plastique, ou d’un ballon, branchĂ© Ă  un appareil Ă©lectrique. Mais, une fois essayĂ©e, il est difficile de nier les avantages de la vaporisation comparĂ©s Ă  la combustion avec ou sans tabac. Nous en avons trouvĂ© onze :

1- Plus de cendriers malodorants, pipes collantes, bongs obstruĂ©s ou doigts et dents teintĂ©s. AprĂšs avoir Ă©tĂ© vaporisĂ©, le rĂ©sidu de la plante au petit nom de zaptar, est une poudre brune, sans odeur, qui peut facilement ĂȘtre Ă©liminĂ©e.
2 – Plus de fumĂ©e dans votre piĂšce. Directement aprĂšs l’expiration, la vapeur aromatique peut ĂȘtre sentie par une personne assise Ă  proximitĂ©, mais ne reste pas longtemps. La vapeur ne provoque pas de toux ou aucun des autres effets secondaires que la fumĂ©e donne. L’odeur n’imprĂšgne pas les vĂȘtements, ni les revĂȘtements ou meubles de votre maison.
3- La vaporisation est beaucoup plus saine que la combustion. Vous avez besoin de moins d’herbes pour un effet identique. Et parce que la vapeur n’irrite pas les poumons, vous pouvez l’inspirer, ce qui facilite une plus grande absorption de ses composants actifs. De nombreux vaporisateurs chauffent l’herbe seulement quand vous l’inhalez, donc rien « partira en vapeur » entre les bouffĂ©es.
4 – La vaporisation est beaucoup plus efficace que la combustion mĂȘlĂ©e au tabagisme . Les avantages de la vaporisation ne sont pas seulement pour la gorge et les poumons, mais aussi pour tout le corps. Du goudron, des gaz toxiques, des particules radioactives et de nombreux radicaux libres sont tous absents ou rĂ©duits de maniĂšre significative, suivant la qualitĂ© du vaporisateur.
5 – Facile Ă  gĂ©rer et Ă  doser. Le cannabis mĂ©dicinal biologique est plus facile Ă  mesurer lorsque qu’il est vaporisĂ© que fumĂ©: simplement inhaler jusqu’à ce que vous ayez atteint le niveau de soulagement souhaitĂ©. Un thĂ© ou un comprimĂ© ne donne pas des effets immĂ©diats, et la dose peut s’avĂ©rer ĂȘtre trop Ă©levĂ©e ou trop faible. La vaporisation donne l’effet immĂ©diat comme la combustion, mais sans les effets secondaires nĂ©gatifs de la fumĂ©e elle-mĂȘme et surtout sans les poisons prĂ©sents dans le tabac. Avec les vaporisateurs Ă  tempĂ©rature modulable (volcano entre autres) il est possible de varier les effets et ainsi de choisir, selon la tempĂ©rature, entre un effet plutĂŽt cĂ©rĂ©bral ou plutĂŽt relaxant.
6 – Mode de consommation plus discret, car l’odeur est trĂšs lĂ©gĂšre, ne ressemble pas Ă  celle d’un joint, et ne va pas loin. Soyez prudent quand mĂȘme!
7 – Aucun feu n’est impliquĂ©. Fini les trous de boulettes
 D’autres risques d’incendie sont Ă©galement Ă©liminĂ©s.
8 – RĂ©galez-vous de l’arĂŽme naturel de la plante non-brĂ»lĂ©e. Bien que certaines herbes sentent trĂšs bons quand elles sont brĂ»lĂ©es (c’est la raison pour laquelle des bĂątonnets d’encens non allumĂ©s sentent trĂšs diffĂ©remment de la fumĂ©e qu’ils produisent), beaucoup de gens prĂ©fĂšrent l’arĂŽme naturel de la plante elle-mĂȘme.
9 – Plus de tabac. MĂȘme si un joint peut en effet ĂȘtre un moyen efficace d’administration de cannabis bio, il est en gĂ©nĂ©ral mĂ©langĂ© avec du tabac (qui aide Ă  le garder allumĂ©). Un bon vaporisateur est tout autant efficace qu’un joint, et donc vous n’avez vraiment plus besoin d’utiliser du tabac qui rend dĂ©pendant.
10 – L’usage mĂ©dical des vaporisateurs, est aujourd’hui reconnu et est couramment utilisĂ© au Canada et aux États-Unis comme accessoire de santĂ©. Avec un vaporisateur chez vous, vous vous donnez aussi un moyen de soigner pas mal de maux grĂące Ă  la phytothĂ©rapie et Ă  l’aromathĂ©rapie, sans avoir un recours systĂ©matique aux mĂ©dicaments conventionnels de l’industrie pharmaceutique. De nombreuses plantes mĂ©dicinales sont consommables par vaporisation. Vous trouverez les caractĂ©ristiques de ces plantes sur internet ou dans des ouvrages spĂ©cialisĂ©s.
11 – Investir dans un vaporisateur de qualitĂ© est un placement durable : certes encore coĂ»teux, mais trĂšs vite amorti grĂące aux Ă©conomies qu’il vous fera faire (plus besoin de tabac et de feuilles, beaucoup moins d’herbe
.moins de problĂšme de santĂ© etc
) N’oubliez pas que votre santĂ© n’a pas de prix!!


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’actrice et prĂ©sentatrice amĂ©ricaine Whoopi Goldberg a fait ses dĂ©buts jeudi comme chroniqueuse pour un site internet consacrĂ© au cannabis bio marijuana.

Elle y a chantĂ© les louanges d’un vaporisateur de cannabis qu’elle inhale pour attĂ©nuer de forts maux de tĂȘte.

Whoopi Goldberg chante les louanges du vapotage de cannabis

Whoopi Goldberg chante les louanges du vapotage de cannabis

«Ma vapoteuse a changĂ© ma vie. Non, je n’exagĂšre pas. Elle a mĂȘme un nom: Sippy», Ă©crit l’actrice de 58 ans dans The Cannabist, qui appartient au quotidien local Denver Post du Colorado. Le Colorado est le deuxiĂšme Etat des Etats-Unis, aprĂšs celui de Washington, Ă  avoir autorisĂ© la marijuana Ă  usage rĂ©crĂ©atif.

Whoopi Goldberg, remarquĂ©e dans «Sister Act» et «Ghost», raconte que «Sippy» lui permet d’inhaler de l’huile de cannabis et de combattre les maux de tĂȘte provoquĂ©s par un glaucome, une maladie du nerf optique. «Cela me permet d’avoir moins mal Ă  la tĂȘte. Avec le glaucome, mes yeux me font mal et (le vaporisateur de cannabis) fait disparaĂźtre la douleur. C’est fantastique», Ă©crit l’actrice qui assure vapoter du cannabis uniquement «à des fins mĂ©dicales». «C’est comme une brise lĂ©gĂšre sur la plage», conclut-elle.

La vaporisation est un des modes de consommation les plus sains… loin devant la combustion.

Moins de produits nocifs pour notre santé

La plupart des consommateurs de cannabis le fument en joint, pipe, bang, mixé avec du tabac dont nous connaissons les effets néfastes à court, moyen et long terme sur la santé, dont la dépendance physique
La tempĂ©rature de la combustion d’un joint se situe entre 400°C et 500°C, ce qui dĂ©gage de nombreux produits nocifs pour notre santĂ© et dĂ©truit Ă  peu prĂšs 40% des principes actifs contenus.

La tempĂ©rature de combustion de la cellulose est de 236°C. Or, tous les cannabinoĂŻdes contenus dans la plante se vaporisent en dessous de 230°C. Il a donc Ă©tĂ© crĂ©Ă© toute une gamme de vaporisateurs qui ne dĂ©livrent que de la vapeur, qui d’aprĂšs les analyses faites par diffĂ©rents laboratoires (aux États-Unis et en Allemagne), est constituĂ©e Ă  95% de THC (tĂ©trahydrocannabinol) et des autres cannabinoĂŻdes, les 5% restant Ă©tant constituĂ©s d’autres composants, un proche des cannabinoĂŻdes, un hydrocarbure aromatique et un terpĂšne, contre 111 composants dĂ©tectĂ©s dans les gaz de la fumĂ©e.

La vaporisation est une approche bien plus subtile et bien plus adaptĂ©e aux besoins thĂ©rapeutiques ou au plaisir que le simple joint. En effet, dĂšs que l’on a des vaporisateurs qui ont un variateur fiable de tempĂ©ratures, il est possible d’obtenir des effets diffĂ©rents selon la tempĂ©rature choisie.

Plus de cendriers malodorants ni de fumée

Mais une fois que la combustion et le tabagisme sont devenus une habitude, la vaporisation n’apparaĂźt peut-ĂȘtre pas comme la façon la plus attractive pour utiliser des plantes comme le cannabis.

Au-delĂ  des effets moins nocifs sur la santĂ©, la vaporisation a pourtant d’autres avantages :

1. Plus de cendriers malodorants, pipes collantes, bongs obstruĂ©s ou doigts et dents teintĂ©s. AprĂšs avoir Ă©tĂ© vaporisĂ©, le rĂ©sidu de la plante au petit nom de zaptar, est une poudre brune, sans odeur, qui peut facilement ĂȘtre Ă©liminĂ©e.

2. Plus de fumĂ©e dans votre piĂšce. Directement aprĂšs l’expiration, la vapeur aromatique peut ĂȘtre sentie par une personne assise Ă  proximitĂ©, mais ne reste pas longtemps. La vapeur ne provoque pas de toux ou aucun des autres effets secondaires que la fumĂ©e donne. L’odeur n’imprĂšgne pas les vĂȘtements, ni les meubles de votre maison.

3. Plus de tabac, contrairement au joint, en général mélangé avec du tabac pour aider à le garder allumé.

4. Mode de consommation plus discret, car l’odeur est trĂšs lĂ©gĂšre, ne ressemble pas Ă  celle d’un joint, et ne va pas loin.

5. Aucun feu n’est impliquĂ©. Finis les trous de boulettes… D’autres risques d’incendie sont Ă©galement Ă©liminĂ©s. Soyez prudents quand mĂȘme !


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’arĂŽme concentre pour e-liquide marijuana bio est prĂ©sent dans presque tous les magasins et tous les grands sites de vente en ligne d’e-cigarette ou d’e-liquide.

ArÎme Concentré goût cannabis bio marijuana chanvre
ArĂŽme de Cannabis pour E Liquide
Faites votre propre E Liquide DIY

L’arĂŽme goĂ»t cannabis marijuana est Ă  la sixiĂšme place mondiale dans le classement des e-liquides les plus prisĂ©s par les consommateurs de e-cigarette.
Cela peut s’expliquer par le fait que l’e-liquide cannabis est composĂ© seulement de propylĂšne glycol et de glycĂ©rine vĂ©gĂ©tal, complĂ©tĂ© par des arĂŽmes alimentaires, sans nicotines mais sans aucun THC (et donc sans aucune substance toxique).

Ainsi, l’arĂŽme pour E Liquide King Canna n’est pas cancĂ©rigĂšne comme le vrai cannabis et n’a aucun effet psychotrope sur l’individu.
Cet arĂŽme concentrĂ© a seulement le gout du cannabis, mais aucun Ă©lĂ©ments dangereux, les Ă©lĂ©ments nuisible Ă  la santĂ© ne sont pas prĂ©sent dans l’arĂŽme goĂ»t cannabis marijuana, et dans aucun e-liquide d’ailleurs.

Conseil pour le dosage : 5 à 10 gouttes selon la puissance recherchée. Idéalement complété par un arÎme tabac ou une base liquide nicotinée.

Vendu en flacon de 10 ml avec systĂšme de goutte Ă  goutte.

ArÎme de qualité alimentaire adapté à la e-cigarette, 0% sucre 0% diacétyl 0% colorant

Cet arĂŽme est garanti sans allergĂšne et sans OGM
Conservation : stockĂ© entre 4 et 16°C, cet arĂŽme se conserve au minimum un an dans son emballage d’origine
Conforme au rĂšglement 1334/2008/CEE

Composition : PropylÚne Glycol & ArÎme Chanvre cannabis marijuana
Schéma de principe du DIY :

Retrouvez ici un schĂ©ma simplifiĂ© pour comprendre rapidement et au mieux, comment Ă©laborer vos propres e-liquides, prĂȘt Ă  vaporiser, et quels produits vous seront nĂ©cessaires Ă  cette tĂąche :

Préparation de e-liquide arÎme cannabis marijuana

Préparation de e-liquide arÎme cannabis marijuana

Comment fabriquer son propre e-liquide maison avec la méthode du DIY (Do It Yourself) ?

Vous aurez besoin de :
– Liquide de base : GĂ©nĂ©ralement en solution de 80% de PG et 20% de VG. Au taux de nicotine souhaitĂ© (mĂȘmes taux que lors de vos achats de e-liquides tout prĂȘt).
– ArĂŽme(s) concentrĂ©(s) : petit conseil, commencer avec un seul arĂŽme avant d’envisager des mĂ©langes de plusieurs arĂŽmes. Dosage de 5 Ă  20% de votre solution liquide de base, selon la force de l’arĂŽme, et selon vos goĂ»ts.
– Additif(s) : optionnels, ces derniers permettent de relever le goĂ»t de certains arĂŽmes, d’arrondir le e-liquide final, de le sucrer ou encore de lui donner une sensation de fraicheur. Conseil : rester dans des proportions de 1 Ă  3% de votre mĂ©lange liquide de base + arĂŽme(s) concentrĂ©(s), les additifs Ă©tant gĂ©nĂ©ralement trĂšs puissant.
– Accessoires : et pour terminer, de quoi manipuler et stocker votre futur e-liquide, Ă  savoir, des flacons vierges, des pipettes, des seringues, du matĂ©riel de protection, etc…
VoilĂ  vous savez tout, ou presque, sur la fabrication maison du E Liquide DIY.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Etat leader dans les produits biologiques ou, plus rĂ©cemment dans la prĂ©vention contre l’anorexie et les mannequins trop maigres, l’Etat hĂ©breu entend Ă  prĂ©sent devenir leader en matiĂšre de cannabis bio marijuana mĂ©dical. Bien qu’IsraĂ«l soit dĂ©jĂ  considĂ©rĂ© comme un des Etats les plus avancĂ©s au monde en la matiĂšre, des recherches plus poussĂ©es ont Ă©tĂ© commandĂ©es.

Le cannabis biologique une plante médicinale utilisée depuis des millénaires pour ces propriétés thérapeutiques

Le cannabis biologique une plante médicinale utilisée depuis des millénaires pour ces propriétés thérapeutiques

Si le cannabis bio non mĂ©dical en provenance notamment du Liban est une chose assez rĂ©pandue en IsraĂ«l, mais illĂ©gale – une parlementaire avait proposĂ© il y a trois ans de lĂ©galiser le cannabis bio, sans succĂšs – le cannabis bio mĂ©dical est quant Ă  lui dĂ©jĂ  autorisĂ© dans plusieurs cas en IsraĂ«l. Toutefois, pointant quelques Ă©cueils, le ministĂšre israĂ©lien de la santĂ© a commandĂ© une Ă©tude approfondie Ă  l’Institut israĂ©lien national pour la recherche de la santĂ©, a rapportĂ© le quotidien Haaretz. Etude qui sera menĂ©e sur deux ans et qui visera Ă  comprendre les effets, positifs et nĂ©gatifs, du cannabis bio dans un milieu mĂ©dical. Beaucoup des recherches importantes effectuĂ©es sur le cannabis bio ont Ă©tĂ© menĂ©es par des institutions israĂ©liennes. Seuls 20 mĂ©decins seraient actuellement autorisĂ©s Ă  prescrire du cannabis bio en IsraĂ«l, l’étude pourrait faire augmenter ce nombre. L’an dernier, un rapport notait que les prescriptions avaient augmentĂ© de 30%.
Il semble en effet que, ces derniĂšres annĂ©es, le cannabis bio mĂ©dical, qui n’avait auparavant pas pĂ©nĂ©trĂ© le milieu mĂ©dical, soit devenu plus populaire et acceptĂ© en IsraĂ«l. Actuellement 15 000 patients – ce qui constitue un chiffre non nĂ©gligeable dans un pays de seulement 8 millions d’habitants – sont officiellement dĂ©jĂ  traitĂ©s au cannabis bio. Le ministĂšre de la santĂ© approuve en outre d’ores et dĂ©jĂ  50 personnes par semaine pour un traitement. Il y a cependant « beaucoup de choses que nous ne savons pas Ă  son propos, » a nĂ©anmoins expliquĂ© Pesach Schwartzman, professeur en mĂ©decine Ă  l’universitĂ© Ben Gourion du NĂ©guev et responsable de l’étude. Si l’enthousiasme et la volontĂ© de dĂ©velopper la cannabis bio mĂ©dical sont prĂ©sents en IsraĂ«l, les mĂ©decins reconnaissent que de nombreuses lacunes existent actuellement dans les traitements donnĂ©s et que l’emprise du cannabis bio dans un milieu mĂ©dical n’est pas encore parfaitement connue. C’est ce que devra dĂ©couvrir l’étude.
Les mĂ©decins cherchent effectivement Ă  amĂ©liorer leurs connaissances et celles du patient sur le cannabis bio mĂ©dical, notant qu’on ne connaĂźt pas encore tous les effets positifs et nĂ©gatifs du cannabis bio ni la dĂ©pendance potentielle qu’un traitement pourrait causer et les raisons pour lesquelles certains patients arrĂȘtent leur traitement. Le cas de crises psychotiques chez les personnes prĂ©conditionnĂ©es aux maladies mentales a notamment Ă©tĂ© soulevĂ©. L’étude devra dĂ©celer tous les avantages et les inconvĂ©nients du cannabis bio mĂ©dical et dĂ©cider alors de l’étendre – ou Ă©ventuellement de restreindre, ce qui est moins probable – en IsraĂ«l, et de quelle façon.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le cannabis bio marijuana Ă  forte concentration de THC est-il plus addictif ?

Cette Ă©tude conclut que les consommateurs qui fument ce type de cannabis « puissant » appelĂ© parfois « Skunk » vont rĂ©duire spontanĂ©ment leur inhalation et finalement leur exposition au skunk ne sera globalement pas associĂ©e Ă  un risque plus Ă©levĂ© de dĂ©pendance, qu’avec un cannabis de « qualitĂ© » normale. Ces conclusions, publiĂ©es dans la revue de rĂ©fĂ©rence, Addiction, n’incitent Ă©videmment pas Ă  l’usage du cannabis ou Ă  fumer plus “concentrĂ©”.

Cigarette, pétard ou joint de cannabis bio

Cigarette, pétard ou joint de cannabis bio

Les auteurs rappellent les risques pour la santĂ© liĂ©s Ă  une consommation Ă©levĂ©e de cannabis bio comme les crises d’angoisse, des troubles de santĂ© mentale, le manque de concentration et, en combinaison avec le tabac, la maladie pulmonaire. Par ailleurs, et c’est le sujet de leur Ă©tude, l’’ingrĂ©dient actif du cannabis bio est le tĂ©trahydrocannabinol (THC) et une exposition Ă  des niveaux Ă©levĂ©s de THC a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© associĂ©e, par de prĂ©cĂ©dentes Ă©tudes Ă  un risque accru de dĂ©pendance. Les auteurs rappellent qu’ainsi, environ 1 usager de cannabis bio sur 10 devient dĂ©pendant, et que les utilisateurs frĂ©quents sont Ă  risque particuliĂšrement Ă©levĂ© de dĂ©pendance. S’il a Ă©tĂ© suggĂ©rĂ© que la rĂ©cente augmentation de la concentration de THC dans le cannabis bio pourrait augmenter la dĂ©pendance au cannabis bio, cependant, une Ă©cole de pensĂ©e, citĂ©e ici comme le « mythe de l’herbe puissante » (ou potent pot myth)- affirme que les fumeurs de cannabis bio vont ajuster leur consommation pour compenser sa puissance, gĂ©nĂ©ralement en adaptant leur inhalation ou tout simplement en fumant du cannabis bio en moindre concentration.

Les chercheurs du Netherlands Institute of Mental Health and Addiction, de l’UniversitĂ© d’Amsterdam et du National Institute for Public Health and the Environment nĂ©erlandais (RIVM), ont recrutĂ© 98 fumeurs de cannabis bio « expĂ©rimentĂ©s », qui ont apportĂ© leur propre substance, roulĂ© un joint et l’ont fumĂ©. Les chercheurs ont analysĂ© le contenu du mĂ©lange, observĂ© le comportement des fumeurs, pris en compte l’association Ă©ventuelle avec le tabagisme et le niveau de dĂ©pendance au cannabis bio (Ă©valuĂ© par une Ă©chelle), Ă  la fois lors de l’expĂ©rience puis 18 mois plus tard. L’exposition mensuelle au THC a Ă©galement Ă©tĂ© estimĂ©e. L’analyse constate que,
· plus la concentration de THC est Ă©levĂ©e dans le cannabis bio (de 1,10 Ă  24,70 %), plus la concentration de cannabis l’est dans le joint,
· plus la concentration de THC est élevée dans le joint, moins la fumée est inhalée,
· le tabagisme combinĂ© Ă  l’usage de cannabis bio est un indicateur majeur de la dĂ©pendance 18 mois plus tard
· la dose mensuelle de THC n’est pas associĂ©e de façon indĂ©pendante avec le degrĂ© de dĂ©pendance 18 mois plus tard.

Les usagers de cannabis bio forts n’en mettent pas moins dans leurs joints, mais, en revanche, compensent en rĂ©duisant leur inhalation. Mais dans une certaine mesure seulement, car cela ne compense pas totalement et un cannabis puissant conduit Ă  une exposition tout de mĂȘme plus Ă©levĂ©e au THC. Il est donc possible que l’usage d’un cannabis bio plus fort ne renforce pas le risque de dĂ©pendance. Cependant, compte-tenu du faible Ă©chantillon de l’étude, ces donnĂ©es restent Ă  confirmer. En particulier, lorsque la consommation se fait en groupe, plutĂŽt que de maniĂšre individuelle, comme dans cette Ă©tude.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Faites germer vos graines de cannabis bio marijuana Ă  floraison automatique ou fĂ©minisĂ©es Ă  l’aide de nos conseils de germination :

Trempez vos graines une nuit dans l’eau dĂ©minĂ©ralisĂ©e. Placez-les dĂšs le lendemain dans votre substrat de germination, si le germe est sorti placez le vers le bas, dans le cas oĂč votre graine est inchangĂ©e plantez l’extrĂ©mitĂ© d’oĂč sortira rapidement le germe vers le bas. Recouvrez d’un centimĂštre de substrat et garder 50 % d’humiditĂ© et une tempĂ©rature ambiante entre 22 et 25°C dans votre espace de culture.
Votre magasin Biotops conseil de dĂ©marrer la culture dans de petit pot d’un litre pour ensuite passer dans des pots de 3 litres jusqu’à ce que vos plantes atteignent 25 Ă  30 centimĂštres. S’offre alors Ă  vous deux solutions :
Cas d’une culture en pot : Si vous souhaitez cultiver en pleine air avec comme base des pots, choisissez la dimension de pot qui vous convient le mieux aux dimensions attendues, de 40 Ă  150 L. Pour des graines auto-floraison des pots allant de 11 Ă  18 L seront amplement suffisants. Rempotez ensuite vos petits plants dans les grands pots (suivre nos conseils de rempotage disponibles sur notre blog). Utilisez de la terre prĂ©parĂ©e telle que notre terre Biobizz Light Mix . Assurez-vous que vos plantes soient exposĂ©es au sud et reçoivent une dose de lumiĂšre naturelle suffisante par jour. Évitez toutes lumiĂšres extĂ©rieures et artificielles durant le cycle d’obscuritĂ© (lampadaires, lumiĂšres d’appartements etc
). Durant toute la phase de croissance, deux semaines aprĂšs la mise en terre prĂ©parĂ©e des graines et la sortie des cotylĂ©dons (jusqu’à mi-juillet en gĂ©nĂ©ral) utilisez de l’engrais de croissance bio telle qu’Advanced Nutrients. Ajoutez du stimulant racinaire (Startbooster de chez Aptus) durant les deux ou trois premiĂšres de croissance. Nous conseillons d’arroser une fois Ă  deux fois par semaine en fonction de l’intensitĂ© de soleil que reçoive vos plantes, si le temps n’est pas au beau fixe arrosez simplement Ă  l’eau.

Plantes de cannabis, chanvre indien en extérieur

Plantes de cannabis, chanvre indien en extérieur

Quelle terre pour la culture du cannabis biologique?

Lors du passage en Floraison, utilisez une gamme engrais de Floraison bio (Advanced Nutrients par exemple). Arrosez alors plus fréquemment, deux à trois fois durant la semaine. Lors du dernier mois de Floraison ajoutez un booster de floraison (super Pk de chez Aptus). Enfin rincez deux semaines avant votre récolte.
Cas de culture en pleine terre : La plante de cannabis est un vĂ©gĂ©tal qui s’adapte relativement bien Ă  tous substrats et prolifĂšre facilement. Évitez simplement les sols sablonneux et marĂ©cageux. Plus votre sol sera riche meilleure sera votre culture. Les sols aux origines sĂ©dimentaires s’avĂšrent ĂȘtre les meilleurs, en effet ils confĂšrent Ă  vos plantes la stabilitĂ© et la nutrition appropriĂ©es au dĂ©veloppement de celles-ci. Votre Growshop Biotops prĂ©conise cependant d’établir un trou dans le sol d’un mĂštre cube, que vous remplierez de substrat appropriĂ©. Effectuez un mĂ©lange de Terre enrichie Biobizz Light Mix, de coco, quelques engrais totalement bio organiques tels que le Guanokalong.

Culture en extérieur de cannabis marijuana chanvre indien bio en Bretagne

Culture en extérieur de cannabis marijuana chanvre indien biologique en Bretagne

Arrosage des plants de cannabis biologique.

Concernant l’arrosage, commencez le stimulateur racinaire (Start Booster de chez Aptus) deux semaines aprùs la mise en petit pot et continuez-le durant les trois semaines à suivre. Utilisez votre engrais de croissance bio (Advanced Nutrients) comme dans le cas d’une culture en pot, c’est à dire une à deux fois par semaine selon le temps. Si ce dernier n’offre pas de soleil arrosez à l’eau.
Lors de la phase de Floraison utilisez Ă©galement comme dans la culture extĂ©rieure en pot, un engrais bio de floraison et un stimulateur lors du dernier mois avant la rĂ©colte (Super Pk de chez Aptus). Arrosez alors deux Ă  trois fois par semaine en fonction du temps Ă©galement. Nous vous conseillons par la suite de rincer Ă  l’eau trois semaines avant de couper.
Quel que soit votre type de culture en extĂ©rieure, il est important de planter vos pieds de cannabis Ă  un endroit ensoleillĂ©, si possible abritĂ© du vent et discret. La culture en pot permets nĂ©anmoins d’éviter les dĂ©gĂąts liĂ©s aux animaux oĂč insectes se trouvant Ă  mĂȘme le sol. Pensez Ă©galement Ă  vĂ©rifier le taux de PH de votre eau.

 


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

La consommation de cannabis bio marijuana Ă  des fins mĂ©dicales est dĂ©jĂ  lĂ©gale et rĂ©glementĂ©e dans une vingtaine d’Etats amĂ©ricains, et dans la plupart de ces derniers, la consommation Ă  des fins rĂ©crĂ©atives n’est pas considĂ©rĂ©e comme un dĂ©lit.

AprĂšs l’ouverture des premiers “coffee shops”, place maintenant Ă  la publicitĂ© en faveur de la marijuana!

Le site MarijuanaDoctors.com, qui propose du cannabis Ă  usage thĂ©rapeutique, a misĂ© sur l’humour pour mettre en garde contre l’achat de stupĂ©fiants Ă  la sauvette.

Une premiĂšre, vraisemblablement.

Morale de ce spot surprenant: “Vous n’achĂšteriez pas vos sushis chez cet homme, alors pourquoi lui acheter votre marijuana?”.

Pour mieux comprendre, regardez la vidĂ©o ci-dessus. “Peut-ĂȘtre que la publicitĂ© prend tout son sens si vous planez”, suggĂšre quant Ă  lui le site Gawker…

Le cannabis serait indiquĂ© dans le traitement thĂ©rapeutique de certaines maladies, comme les migraines, la nausĂ©e et les douleurs, les crises d’Ă©pilepsie, ou encore les rhumatismes.

Il permet aussi de stimuler l’appĂ©tit, une Ă©tude ayant rĂ©cemment avancĂ© l’explication selon laquelle sa consommation brouillerait en fait les rĂ©cepteurs olfactifs et gustatifs du cerveau.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le chanvre (cnnabis bio marijuana), autrefois cuisiné uniquement par des amateurs de sensations fortes, fait désormais son apparition à la carte des grands restaurants.

AprĂšs les indigestes recettes de space cakes et de chocolat chaud au cannabis, le chanvre est peut-ĂȘtre en passe d’entrer dans le monde de la gastronomie. Alors que les productions comestibles dĂ©rivĂ©es de la marijuana semblaient essentiellement conçues pour leurs propriĂ©tĂ©s mĂ©dicinales ou psychotropes, certains chefs tentent aujourd’hui d’explorer le potentiel gustatif et gastronomique de la plante, repoussant par la mĂȘme occasion les limites de leur crĂ©ativitĂ©.

Recette de grand chef Ă  la marijuana

Recette de grand chef Ă  la marijuana

Jonathan Gold, critique gastronomique rĂ©putĂ© du Los Angeles Times, a assistĂ© l’annĂ©e derniĂšre Ă  une soirĂ©e oĂč tous les plats contenaient de la marijuana, combinĂ©e avec des plantes traditionnelles de la mĂ©decine chinoise (il en est reparti “sobre mais souriant”). Le magazine GQ a envoyĂ© l’écrivain Jesse Pearson Ă  une dĂ©gustation sur le thĂšme du cannabis au restaurant Blanca de Brooklyn. Jusque-lĂ , Pearson avait largement dĂ©plorĂ© le manque de crĂ©ativitĂ© des chefs pour adapter la plante Ă  une nouvelle scĂšne culinaire. “Les AmĂ©ricains sont aussi obsĂ©dĂ©s par la nourriture qu’ils le sont secrĂštement par les drogues. Mais, Ă  en juger par les tristes gĂąteaux qu’on voit dans les vitrines des points de vente autorisĂ©s de marijuana, l’évolution du casse-croĂ»te au cannabis semble s’ĂȘtre arrĂȘtĂ©e avant mĂȘme la mort de Janis Joplin [en 1970]”, avait-il dĂ©crĂ©tĂ©.

AprĂšs avoir grignotĂ© un morceau de tassergal [poisson des mers chaudes] Ă  la rĂ©sine de cannabis Sour Diesel, accompagnĂ© de yaourt Ă  l’herbe avec des croĂ»tons de pain de seigle noir Ă  la marijuana, puis dĂ©gustĂ© un gĂąteau Ă  l’huile de cannabis avec un crumble au chanvre, Pearson a dĂ©clarĂ© que la marijuana n’était plus seulement un ingrĂ©dient original, mais la porte d’entrĂ©e vers un nouveau monde de saveurs. “J’ai vu le cannabis Ă©levĂ© au rang d’ingrĂ©dient gastronomique. J’espĂšre avoir assistĂ© au dĂ©but de la fin du space cake”, explique le critique, qui a ressenti les effets de cette expĂ©rience culinaire pendant prĂšs de vingt-quatre heures.

D’autres chefs Ă©vitent de provoquer tout effet euphorisant chez leurs clients. Je me rends au Danemark, dans le chĂąteau de Dragsholm –bĂątisse de 800 ans abritant l’un des meilleurs restaurants du pays –, oĂč le chef, Claus Henriksen, me fait goĂ»ter un fromage Ă  pĂąte molle fumĂ© au chanvre, fourrĂ© aux feuilles de cannabis fraĂźches et servi avec une purĂ©e de graines grillĂ©es.

A l’ouverture de la boĂźte Ă  gĂąteaux vintage dans laquelle le fromage a Ă©tĂ© fumĂ©, mes narines sont assaillies par un arĂŽme intense, Ă©voquant plus Bob Marley que le Guide Michelin. Le chanvre au goĂ»t de noix s’accorde merveilleusement avec le fromage frais, c’est un rĂ©gal, un feu d’artifice de fraĂźcheur. D’aprĂšs le chef Henriksen, ce chanvre aurait un goĂ»t proche de celui de la pistache. Reste que l’effet est purement gustatif, la variĂ©tĂ© utilisĂ©e – Fedora 17 – comportant tellement peu de THC qu’il faudrait en brouter tout un terrain de football avant de ressentir le moindre effet psychotrope.
Ce chanvre provient de la ferme de SĂžren Wiuff, Ă  quelques kilomĂštres de lĂ . SaluĂ© pour sa pratique de la polyculture, il fournit certains des meilleurs restaurants de Copenhague, notamment le Noma [Ă©lu meilleur restaurant au monde par le magazine britannique Restaurant en 2010, 2011 et 2012]. AutorisĂ© Ă  cultiver du chanvre pour la production de fourrage et d’engrais vert, l’exploitant a adoptĂ© une dĂ©marche pragmatique en permettant Ă  ses amis chefs cuisiniers d’en utiliser dans leurs recettes. Il espĂšre que ces expĂ©rimentations dĂ©boucheront sur une dĂ©mocratisation de la plante. SĂžren Wiuff n’a jusqu’à prĂ©sent vu aucun bataillon de police ou d’inspecteurs sanitaires aux alentours de sa propriĂ©tĂ©. “Je suis un anarchiste affichĂ©, et il arrive un moment oĂč il faut tester les limites pour pouvoir les repousser.”

Henriksen a Ă©galement utilisĂ© le chanvre de SĂžren Wiuff pour confectionner une mousse qu’il roule ensuite dans des cendres de chanvre et de foin de maniĂšre Ă  façonner des sortes de joints verts. Le soir du rĂ©veillon de NoĂ«l, mĂȘme les saucisses Ă©taient garnies de feuilles de chanvre sĂ©chĂ©es et d’éclats de noisettes. “Je n’ai pas encore trouvĂ© un plat dans lequel le cannabis ne fonctionne pas, explique le chef. On parle souvent de lĂ©gume ou d’herbe Ă  tout faire. Prenez la sauge, le thym ou le romarin, que les gens pensent pouvoir mettre partout. Je pense que le cannabis relĂšve la saveur de nombreux plats. Vous pouvez le poĂȘler comme des Ă©pinards, le faire frire ou le prĂ©parer Ă  la crĂšme, comme du chou.”

Que ce soit Ă  Brooklyn lors de dĂźners de dĂ©fonce ou dans les cuisines nordiques des fjords du Danemark, l’herbe est peut-ĂȘtre un peu plus verte pour les amateurs de cannabis. Reste encore Ă  savoir si le chanvre a rĂ©ellement sa place dans nos placards de cuisine, au-delĂ  de ses propriĂ©tĂ©s psychotropes, mĂ©dicinales, et de sa tendance Ă  provoquer des fringales de junk food.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

D’aprĂšs une Ă©tude menĂ©e par le Dr Joey Rottman, associĂ© mĂ©dical de Intergr8 Health Ă  Burlington (Massachussetts USA), le cannabis apaiserait les nausĂ©es et vomissements pendant la grossesse…
Une étude américaine, menée par le Dr Joey Rottman spécialiste en gynécologie obstétrique et relayée par le magazine parental en ligne Sheknows, démontre certaines vertus que pourrait avoir le cannabis bio marijuana pendant la grossesse.

RĂ©vĂ©lation Ă©tonnante dans un pays oĂč la marijuana est prohibĂ©e dans de nombreux Ă©tats. Et pourtant, elle serait bel et bien utilisĂ©e par les femmes enceintes pour diminuer les nausĂ©es sĂ©vĂšres et la douleur, surtout lorsque les femmes souffrent d’hyperĂ©mĂšse gravidique (forme de nausĂ©es grave qui peut mener Ă  une hospitalisation). Le Dr Joey Rottman affirme mĂȘme que “dans plusieurs cas, le cannabis est plus sĂ©curitaire que la mĂ©dication sous ordonnance. Il faudrait faire tomber les tabous sur le cannabis, il n’est pas plus dangereux, voire moins que l’alcool qui lui est lĂ©gal. Les enquĂȘtes menĂ©es sur cette substance sont faussĂ©es : souvent, les rĂ©sultats combinent l’usage du cannabis et la consommation d’alcool simultanĂ©s. Mais fumer ne veut pas dire boire en mĂȘme temps !”.

Space cake, gĂąteau de cannabis biologique

Space cake, gĂąteau de cannabis biologique

L’usage du cannabis enceinte ?

Quelques femmes disent “oui” et n’hĂ©sitent pas Ă  faire tomber les prĂ©jugĂ©s. L’une d’elles, originaire de l’Iowa, s’exprime Ă  ce sujet : « Je vous assure que si j’ai un deuxiĂšme bĂ©bĂ© et que je souffre encore d’hyperĂ©mĂšse gravidique, j’essayerais le cannabis pour voir si ça fonctionne vraiment mais dans un brownie ou un cookie ». Et certains spĂ©cialistes de la santĂ© partagent aussi cet avis, mĂȘme si ce n’est vraiment pas la majoritĂ©. Une mĂšre texane qui a essayĂ© cette mĂ©thode raconte : « On ne fume absolument pas, on consomme le cannabis grĂące Ă  un vaporisateur. La marijuana est chauffĂ©e Ă  trĂšs haute tempĂ©rature dans un sac avec un trou pour la bouche afin d’inhaler. Depuis que j’ai essayĂ©, je n’ai plus de nausĂ©es et j’ai retrouvĂ© mon appĂ©tit ! Mon anxiĂ©tĂ© a baissĂ©, je ne panique plus pour rien et je profite de mes autres enfants pleinement. »

D’aprĂšs lui, la vaporisation de cannabis serait donc la meilleure solution et reste mieux qu’une hospitalisation ou que certains mĂ©dicaments qui peuvent ĂȘtre dangereux mais dans certains cas seulement ! Il ne faut pas tout confondre. Le Dr Rottman dĂ©nonce le peu d’Ă©tudes sur les bienfaits mĂ©dicaux de la marijuana : « il n’y a pas assez d’Ă©tudes qui soutiennent la consommation de marijuana dans un cadre mĂ©dical, car les recherches sont trĂšs chĂšres et peu de compagnies pharmaceutiques veulent les financer. En effet, il n’y aurait pour elles aucun retour sur investissement ». « Si vous entendez qu’une femme enceinte consomme du cannabis, ne la jugez pas trop vite ! C’est peut-ĂȘtre la meilleure solution pour elle », conclut le Dr Rottman.
Et vous, que pensez-vous de cette Ă©tude ?


 

Vos serez surement intéressé par ces blogs : sel de Guerande, les fleurs de bach, l'aloe vera, la plante de stevia bio, les femmes nappy, le fruit du camu camu, le sel de Guérande, l'arbre du baobab, la feuille de menthe bio, le fruit de grenade bio, la baie d'aronia bio, chia bio, le fruit de l'acerola bio, le fruit de maqui bio, le fruit de guarana bio, l'huile de jojoba bio, la boisson de maté bio, le silicium organique, utilisation du chanvre bio, le thé de rooibos, l'huile d'argan, konjac bio coupe faim, les antioxydants naturels, le sirop agave biologique, physalis peruviana, la racine de gingembre biologique, le citron yuzu bio, le fruit de cupuacu biologique, la baie d'arbouse bio, la vigne rouge bio pour la circulation, urucum bio contre le cancer de la peau, le fruit de lucuma bio, les amandes biologiques, la cerise, le fruit de mangoustan bio, le thym antioxydant, levure de riz, le citron vert, les antioxydants naturels puissants, le raisin riche en antioxydant, l'ortie bio riche en silice, la baie de sureau, le goji de l'Himalaya, les baies de goji Himalaya, les antioxydants naturels puissants, la pulpe de baobab biologique, les protéine biologique, beurre de karite bio, le fruit de l'argousier bio, la poudre de baobab bio, la feuilles de ginkgo biologique,le goji biologique, le champignon reishi biologique, le transhumanisme, les sushis japonais, le fruit du baobab bio, les baies de goji biologique, la pharmacie biologique, le cannabis biologique, la marijuana biologique, les insectes comestibles, les prooxydants, la poudre de baobab biologique, le pain de singe baobab, le baobab biologique, biologiquement, le bouye jus de baobab, baobab.com, la tomate biologique, les insectes comestibles,le fruit du corossol, le fruit du baobab biologique, la feuille de graviola bio, le bambou bio, l'artemisinine bio anti-cancer, baobab.com, la feuille de corossol, un hamburger vegetarien, la dhea naturelle, couple mixte, le caylar, l'armoise anti-cancer, lait de cafard, pissenlit cancer, graviola corossol, la feuille de papaye anti cancer